fbpx Stérilisation du furet : une étape à raisonner Aller au contenu principal

Conseils

Stérilisation du furet : une étape à raisonner

Stérilisation du furet : une étape à raisonner

Santé

sterilisation furet

 

Pourquoi la stérilisation ?

Toute personne qui souhaite acquérir un furet de compagnie doit se poser la question de sa stérilisation. Le cas échéant, il faut être prêt à élever de 1 à 16 furetons pendant au moins huit semaines si on possède un couple de furet. Et également, à supporter les odeurs du mâle à maturité sexuelle qui, lorsqu’il est en rut, dépose constamment des marques olfactives. La stérilisation diminue fortement ces odeurs corporelles.

Quant aux femelles, elles sont particulièrement collantes durant les chaleurs et certaines peuvent même rester en oestrus continue. Si elles ne sont pas saillies, elles courent des risques sanitaires (risque d’anémie aplasique) en raison du taux élevé et persistant d’hormones sexuelles.
C’est pourquoi la quasi-totalité des furets de compagnie est stérilisée.

A quel âge stériliser ?

Il est déconseillé de stériliser un furet trop jeune. On recommande plutôt de stériliser juste avant ou après les premières manifestations de comportement sexuel, soit vers 6-8 mois.

Quelles sont les techniques utilisables ?

La stérilisation peut être chirurgicale (ablation des testicules chez le mâle et des ovaires et souvent de l’utérus en même temps chez la femelle) et alors irréversible. Il faut savoir que la stérilisation chirurgicale, surtout si elle est pratiquée trop tôt, peut favoriser l’apparition d’une maladie endocrinienne, la maladie surrénalienne.
Une alternative à cette opération est la stérilisation chimique. Elle consiste en la pose d’implant sous-cutané bloquant le cycle sexuel. Cette stérilisation est possible chez le mâle et chez la femelle.

Les gonades sont mises au repos pendant deux ans en moyenne. On peut ensuite reposer un nouvel implant puis passer à la stérilisation chirurgicale définitive (vers 4 ans). En effet, à cet âge le risque de développement de la maladie surrénalienne est alors réduit car il faut en moyenne 3 ans et demi après l’intervention chirurgicale pour qu’elle se développe. Ce délai correspond à la longévité moyenne d’un furet.