Aller au contenu principal

Actualités

Chien, chat : La maladie d’Addison, une affection complexe et rare

Chien, chat : La maladie d’Addison, une affection complexe et rare

Mis à jour le 09/04/2021 à 15:01
Publié le 07/04/2021 à 10:45

La maladie d’Addison, en référence à Thomas Addison qui l’a décrite en 1855, est une affection hormonale connue chez le chien et chez le chat. Elle résulte d’un dysfonctionnement des glandes surrénales. Elle est aussi qualifiée d’hypocorticisme ou encore d’insuffisance surrénale (seule la partie corticale de la glande est atteinte). C’est une affection rare, encore plus chez le chat que chez le chien, et elle existe aussi chez l’Homme. L’atteinte de la glande surrénale est primaire. Si elle est secondaire, on ne parle plus alors d’Addison.

​​​​​​​

maladie addison chat affection glandes surrénales

 

Des signes cliniques frustes

Pour rappel, les glandes surrénales sont des organes endocriniens abdominaux pairs, situés en avant des reins. Elles se composent d’un cortex et d’une médulla au centre. Elles produisent des corticostéroïdes, des hormones qu’elles diffusent dans le sang. Cette sécrétion est régulée par l’ACTH hypophysaire (donc un contrôle du système nerveux central).

Les signes cliniques sont généralement frustes et peu spécifiques. Ils sont liés au déficit de production hormonale par le cortex détruit de la glande. Les symptômes les plus courants sont les vomissements, la perte d’appétit, la léthargie, les troubles cardiaques... Généralement, la maladie survient de manière épisodique et les symptômes sont exacerbés par le stress. ​​​​​​​​​​​​​​            

Un traitement à vie

Le traitement est établi en fonction de la gravité des signes cliniques. Il vise à stabiliser l’état des animaux par l’administration des hormones manquantes (les corticoïdes). Le traitement se fait selon deux modalités :

  • ​​​​​​​soit par un traitement de la crise aiguë : perfusion, corticoïdes, gestion de l’hyperkaliémie, de l’acidose et des problèmes intercurrents

  • soit par un traitement d’entretien

Le pronostic de la maladie est bon, à condition de suivre le traitement instauré par le vétérinaire. Même si l’animal doit être traiter à vie, le chat peut vivre normalement, quasiment sans restriction.

 

​​​​​​​Sur le même thème :

Contre quelles maladies majeures dois-je protéger mon chat ?