Aller au contenu principal

Actualités

Les caractéristiques démographiques influent sur la santé des chiens

Les caractéristiques démographiques influent sur la santé des chiens

Mis à jour le 05/05/2019 à 08:00
Publié le 05/05/2019 à 08:00
relations chien demographie

 

Une étude hongroise publiée en 2018 a analysé les relations entre les caractéristiques démographiques des chiens et la qualité de leur vieillissement.

 

Contexte

Les caractéristiques démographiques des chiens (par exemple les conditions de vie) peuvent influer considérablement sur leur vieillissement.

Pour vérifier cette hypothèse, les auteurs* d’une étude hongroise ont utilisé un questionnaire en ligne pour étudier le lien entre l'âge et la santé des chiens et les caractéristiques démographiques des propriétaires et des chiens.

Résultats

20 des 27 variables démographiques mesurées diffèrent significativement entre six groupes d'âge.

Les chiens de race pure ont des problèmes de santé plus jeunes et peuvent mourir plus jeunes que les chiens croisés.

Le groupe de chiens le plus âgé (plus de 12 ans) comprenait moins de chiens de pure race que de chiens de races croisées et l’échantillon de races croisées était en moyenne plus âgé que celui des races pures.

Les vieux chiens étaient plus souvent en mauvaise santé, avaient moins souvent un score de condition corporelle normal et recevaient plus souvent des médicaments et des suppléments.

Il s’agissait plus souvent de mâles, castrés, avec des problèmes de santé (sensoriels, articulaires et/ou dentaires), ayant moins d’activité/interaction/entraînement avec leur propriétaire et étaient plus susceptibles d’avoir connu au moins un événement traumatique.

Le groupe d’âge le plus jeune comprenait davantage de races pures, mangeait plus souvent de la viande crue et avait des propriétaires de moins de 29 ans.

Conclusion

La forte prévalence des chiens ayant connu au moins un événement traumatique (plus de 40 % de l’échantillon) indique que le bien-être et la santé pourraient être améliorés en informant les propriétaires sur les principaux facteurs de risque de ces traumatismes et en fournissant des interventions pour diminuer leur impact.

Les facteurs de risque de signes de troubles comportementaux survenant chez les chiens et rapportés par leurs propriétaires sont : passer du temps dans un refuge, changer de propriétaires, subir des lésions traumatiques, une longue maladie ou une chirurgie, être perdu ou subir des changements dans la structure familiale.

 

* Front. Vet. Sci., 23 août 2018.