fbpx Chenilles processionnaires et chien : dangers, intoxication Aller au contenu principal

Conseils

Chenilles processionnaires : un danger pour les chiens

Chenilles processionnaires : un danger pour les chiens

Conseils pratiques

chenilles processionnaires chien

Les chenilles processionnaires du pin sont des insectes à l’origine d’intoxications parfois dangereuses chez les chiens qui les reniflent ou pire, les avalent. Initialement cantonnées dans le sud de la France, elles ont gagné aujourd’hui une grande partie du territoire. Elles constituent un problème qui s’amplifie d’année en année.

L’habitat des chenilles processionnaires du pin (Thaumetopoea pitycampa), initialement cantonnées dans le sud-ouest de la France et le pourtour méditerranéen, s’étend depuis 2012, date d’interdiction et donc de l’arrêt des traitements insecticides classiques.

Elles couvrent aujourd’hui environ la moitié du territoire, y compris en région parisienne, et représentent un véritable problème de santé publique. Elles entraînent également de nombreux désagréments pour les chiens.

Les chenilles processionnaires : description et caractéristiques

Les chenilles processionnaires du pin sont les larves du papillon de nuit Thaumetopoea pitycampa.

Les papillons femelles pondent chacune environ 200 œufs qui sont déposés sur les brindilles des résineux entre les mois de juillet et septembre.

A l’issue de leur développement (environ un mois), ils éclosent et produisent des chenilles qui se nourrissent des aiguilles du pin et restent liées entre elles par un fil de soie. Elles forment ensuite un nid définitif (un cocon blanc facile à détecter) pour passer l’hiver.

Ces chenilles se caractérisent par leurs processions, notamment au printemps pour rejoindre le sol et trouver un endroit où nicher avant de se transformer en papillons. Ces dernières années, les zones d’habitat des chenilles se sont étendues, en lien avec le réchauffement climatique et l’arrêt des traitements insecticides classiques.

Des chenilles qui se déplacent en procession

Les chenilles se déplacent au printemps (généralement de février à avril), en procession, d’où leur nom, et descendent des pins dans lesquels les papillons ont pondu. Une fois au sol, elles nichent parfois plusieurs années avant d’éclore sous forme de papillon. On observe aussi des processions de chenilles quand elles partent à la recherche de nouveaux arbres (pins, chênes).

Le danger pour les chiens s’étend globalement de février à août.

Les poils urticants des chenilles, qu’elles libèrent lorsqu’elles se sentent menacées, peuvent en effet occasionner des lésions sévères avec des manifestations d’une réaction de type allergique (rougeur, brûlure, œdème…). Ces poils contiennent une substance toxique appelée thaumétopoéine.

Nécrose de la langue chez le chien

Les chenilles processionnaires sont pourvues d’une abondante pilosité reliée à une glande qui contient un venin, particulièrement urticant.

En se léchant, le chien peut répartir les poils urticants ailleurs sur son corps, sans compter des lésions de la langue parfois dramatiques avec des nécroses importantes pouvant conduire à l’amputation. Lésions oculaires, prurit intense sont également constatés.

Les chiens qui aiment sentir ou fouiller dans la terre, les chiens de chasse et autres canidés qui courent en liberté dans les forêts sont particulièrement à risque.

Les poils urticants des chenilles, qu’elles libèrent lorsqu’elles se sentent menacées, peuvent occasionner des lésions sévères avec des manifestations d’une réaction de type allergique (rougeur, brûlure, œdème…). Ces poils contiennent en effet une substance toxique appelée thaumétopoéine. En se léchant, le chien peut répartir les poils urticants ailleurs sur son corps, sans compter des lésions de la langue parfois dramatiques avec des nécroses importantes pouvant conduire à l’amputation. Lésions oculaires, prurit intense sont également constatés.

Les symptômes apparaissent dans les heures suivant le contact avec les poils urticants. Le pronostic vital du chien peut être engagé en cas de réaction allergique violente (choc anaphylactique).

L’intoxication par les chenilles constitue une urgence vétérinaire et doit motiver une consultation très rapidement.