fbpx Castration du chat : un acte de santé bénéfique sur plusieurs plans Aller au contenu principal

Conseils

Castration du chat : un acte de santé

Castration du chat : un acte de santé

Santé

castration du chat

Chez un chat non destiné à la reproduction, la castration est recommandée et bénéfique sur plusieurs plans.

Différence entre castration et stérilisation chez le chat

La castration est le terme utilisé pour désigner la stérilisation chirurgicale du chat. Pour la chatte on utilise plus volontiers celui de stérilisation.

La castration chirurgicale est définitive tandis qu’il existe aussi des options de castration temporaire par le biais de molécules chimiques.

Castration et comportement sexuel du chat

La castration empêche la reproduction et donc le risque de portées non désirées et supprime aussi en très grande partie le comportement sexuel du chat (la testostérone qui le gouverne étant majoritairement produite par les testicules)… ainsi que tous les effets (indésirables pour le propriétaire !) qui vont avec : marquage urinaire, risque d’errance à la recherche d’une femelle en chaleur et de bagarres avec d’autres mâles et, par ricochet, risqe de transmission de certaines maladies infectieuses. Cette opération est donc recommandée dès lors que le chat n’est pas destiné à la reproduction.

L’intervention consiste au retrait des gonades sexuelles, les testicules chez le mâle, et se pratique en général avant la puberté, soit vers l’âge de 6-7 mois.

Adapter l’alimentation du chat pour éviter les effets secondaires de la castration 

Pour éviter les effets secondaires que peut engendrer la castration du chat, et notamment la prise de poids, il est nécessaire d’adapter le régime alimentaire de son animal en lui distribuant une nourriture pour chat stérilisé, la castration, par son retentissement sur le métabolisme, diminuant d’environ 20 % le besoin énergétique du chat.

Si elle est conseillée dans le cas général, la castration ne va pas pour autant résoudre tous les problèmes comportementaux du chat s’il en a. La décision devra donc, si une raison comportementale motive cette intervention, être prise en concertation avec son vétérinaire.

 

Photo par Cong H