fbpx Une étude sur les facteurs déclenchants de l’épilepsie idiopathique canine Aller au contenu principal

Actualités

Une étude sur les facteurs déclenchants de l’épilepsie idiopathique canine

Une étude sur les facteurs déclenchants de l’épilepsie idiopathique canine

Mis à jour le 13/04/2020 à 23:42
Publié le 18/10/2019 à 10:17
chien epilepsie

 

Une étude rétrospective a é été conduite en Finlande pour cibler les facteurs déclenchants de l’épilepsie idiopathique canine.

L'épilepsie idiopathique canine, une origine génétique ?

L’épilepsie idiopathique canine, dite aussi épilepsie essentielle, est caractérisée par l’apparition de crises de convulsions, plus ou moins d’autres signes nerveux et locomoteurs.

Ces manifestations cliniques sont récidivantes et générés par des altérations fonctionnelles au niveau du cerveau.

L’incidence de l’épilepsie idiopathique est plus élevée dans certaines races ce qui suggère une origine génétique.

Le stress, la privation de sommeil et les maladies infectieuses sont d'importants facteurs de déclenchement des crises chez les humains épileptiques. Ces facteurs n'ont pas été étudiés à fond chez les chiens épileptiques.

Les facteurs déclenchant de l'épilepsie idiopatique canine

50 chiens atteints d'épilepsie idiopathique ont été identifiés dans les populations de l'hôpital d'enseignement vétérinaire de l'université d'Helsinki et de l'hôpital de référés d'Aisti (Finlande) pour une étude rétrospective observationnelle transversale*. 

Les propriétaires ont été interrogés sur les éventuels facteurs déclenchant les crises convulsives de leurs chiens par un questionnaire. 

La prévalence de facteurs déclenchant la crise est de 74 % (37/50) dans la population de l'étude. 

Les facteurs les plus souvent signalés comprennent les situations de stress (visiteur, changement de routine…), la privation de sommeil, les conditions météorologiques (temps chaud) et des facteurs hormonaux. 

Les facteurs le plus fréquemment évoqués sont liés aux chaleurs (chez les chiennes non stérilisées, mais aussi chez les chiens exposés à des chiennes en œstrus).

Pour plus de la moitié des chiens, la crise survient dans les 24 heures suivant l'exposition à ce facteur. Et plus de la moitié des chiens sont sensibles à plus d'un facteur (majoritairement un à trois mais jusqu’à 9 facteurs identifiés).

* J Vet Intern Med., 21 décembre 2018, doi : 10.1111/jvim.15402.

Photo Jamie Street