fbpx Chien médiateur en maison de retraite (EHPAD) : que font-ils ? Aller au contenu principal

Actualités

Que font les chiens médiateurs en maisons de retraite ?

Que font les chiens médiateurs en maisons de retraite ?

Mis à jour le 11/10/2019 à 14:01
Publié le 20/06/2019 à 08:00
chien maison de retraite

 

Grâce à leur lien particulier avec l’homme, de plus en plus de chiens sont intégrés dans des maisons de retraites. Ils sont appelés « chiens médiateurs ». Les bienfaits qu’ils confèrent aux résidents sont nombreux : maintien du lien social, entretien des capacités motrices et sensorielles, stimulation de la communication pour les personnes âgées en replis, développement et maintien de l’autonomie …

 

Le rôle des chiens médiateurs en maisons de retraite


Le succès de ces médiations animales repose sur la relation ancienne qu’entretiennent les hommes et les chiens. Ces animaux domestiqués au paléolithique*1 vivent et communiquent leurs émotions avec simplicité. Ils interagissent avec l’humain spontanément au-delà de tout jugement social ou moral.  Leurs manifestions heureuses et directes d’affection font des chiens des médiateurs efficaces pour les personnes en difficultés psychiques ou physiques. Comment les chiens sont-ils intégrés aux EHPAD*2 ? Quel travail y font-ils ?  Comment sont-ils dressés ?

Comment les chiens médiateurs sont-ils intégrés en maison de retraite?

Le chien peut être intégré à des niveaux différents en maison de retraite. Soit, il est intégré comme un animal de compagnie traditionnel, soit son intégration est plus structurée autour d’un emploi du temps et des ateliers spécifiques qu’il co-anime.

Tendre truffe mouillée posée sur des mains fatiguées, bâillement du matin, câlins du goûter, les résidents sortent de leur isolement pour échanger entre eux autour du chien. La présence canine permet de recréer un lien social. Ces déambulations dans l’établissement re-dynamisent les interactions et font fleurir sourires et tendresse dans les cœurs. On retrouve aussi des chats dans cette fonction de l’animal de compagnie mais il ne s’agit pas ici à proprement parler d’un travail de médiation.

L’intégration du chien peut aussi ce faire de façon beaucoup plus organisée. On parle alors de chien de médiation et non plus de chien de compagnie. Il est pleinement intégré dans les ateliers thérapeutiques (orthophonie, kinésithérapie, psychomotricité) pour lesquels il est d’ailleurs spécialement formé. Il est aussi intégré à des activités éducatives et accompagne activement les animations de la maison de retraite. L’animal ne remplace pas la thérapie ou les médicaments mais enrichit les séances de sa présence et de ses actions. Son rôle est souvent défini comme celui d’auxiliaire.

Durant les séances de kinésithérapie, les résidents doivent faire face à des émotions difficiles : douleurs physiques, souffrances psychologiques, diminution des capacités cognitives …  La présence vivante et chaleureuse du chien permet de faire diversion et transforme l’exercice en un moment ludique et affectif plus heureux. Par exemple, certains résidents d'ehpad refusent de sortir de leur lit pour marcher et entretenir une autonomie physique. Quand cette même séance d’exercice se transforme en une sortie à l’extérieur avec le chien ou en partie de balle avec lui, la motivation et l’énergie nécessaire pour sortir du lit, s’habiller et sortir souvent revient. L’enthousiasme du chien qui manifeste sa joie et son affection leur redonne énergie et motivation.  

Chiens médiateurs : comment les éducateurs canins procèdent-ils?

Les chiens de médiation sont dressés durant 18 à 24 mois par des éducateurs canins spécialisés. Ils sont préparés à vivre en milieu collectif et à aborder des situations qui sont stressantes pour des chiens ordinaires. En sortant de ces formations, ils maitrisent une quarantaine de commandes générales allant du basique assis/couché au plus complexe « aide-moi à enlever mes chaussures, s’il te plaît » ainsi qu’une dizaine de commandes dédiées aux activités spécifiques auxquelles chaque chien de médiation est destiné.

C’est là toute la délicatesse du travail. Chaque chien est spécialement éduqué en fonction du projet de médiation dans lequel il sera inséré. Rien d’étonnant de voir, au travers des chiffres de la SCC, que le Border Collie et le Golden Retriever sont les races les plus utilisées pour ce type de dressage.

Avant de bénéficier de la présence de ces précieux « auxiliaires », EHPAD et maisons de retraite doivent réfléchir, structurer et justifier leurs projets. Les établissements d’éducation canine spécialisés en médiation animale voient les listes d’attentes s’allonger. Malheureusement, à ce jour, toutes les demandes ne peuvent être satisfaites, faute de chiens de médiation dressés.

En résidence pour personnes âgées, les chiens sont des travailleurs comme les autres.

Les EHPAD et maisons de retraites sont des lieux chargés émotionnellement. Là où certains résidents vivent sereinement ou gaiement cette étape de leur vie, d’autres souffrent psychiquement et physiquement de l’avancement de la vieillesse.

Pour que les chiens médiateurs continuent à offrir chaleur, affection, réconfort et complicité…  ils ont besoin d’un rythme de travail structuré et bien défini, afin de préserver leur vitalité et leur bonne forme psychique. Des temps de repos sont organisés à l’intérieur d’un emploi du temps d’environ 35h par semaine. Les vacances sont obligatoires, ainsi que les promenades sans résidents attachés à leur laisse.

Les chiens de médiation et la loi

Le nombre de chiens intervenant en EPHAD est en augmentation. De nombreuses associations rédigent leurs propres chartes éthiques et déontologiques. Cependant, il n’existe pas de textes législatifs encadrant l’activité de médiation par l'animal. Bien que la loi ait doucement évolué au début du XXIéme siècle, n’interdisant plus l’entrée des animaux en milieu médicalisé, les chiens de médiation ont actuellement le même statut que les chiens domestiques.

 

A consulter également Chien citadin : respecter les règles

          

*1Jean-Denis Vigne - Directeur de Recherche au CNRS et Directeur de la recherche au Muséum National d’Histoire Naturelle, https://bit.ly/2IZJC0L

EHPAD : Etablissement d'Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes

*3 l’article 47 du décret 74-27 du 14 janvier 1974 interdisant l’accès aux animaux domestiques dans l’enceinte d’un hôpital a été abrogé par le décret 2003-462 du 21 mai 2003. Ce texte qui le remplace ne parle plus de ce point. Ce n’est donc plus interdit.