fbpx La taille absolue du cerveau des chiens influe sur les fonctions exécutives | filalapat Aller au contenu principal

Actualités

La taille absolue du cerveau des chiens influe sur les fonctions exécutives

La taille absolue du cerveau des chiens influe sur les fonctions exécutives

Mis à jour le 30/07/2019 à 11:20
Publié le 30/07/2019 à 09:52
cerveau chien


Une étude récente a mis en relation l’influence de la taille du cerveau des chiens, différentes selon les races, et les capacités cognitives. 

Une étude sur la cognition animale

Des études phylogénétiques à grande échelle sur la cognition animale ont montré des liens avérés entre le volume absolu du cerveau et les différences d'espèce dans les fonctions exécutives, qui sont les capacités nécessaires pour s’adapter à des situations nouvelles, sur des échantillons en grande partie composés de primates. 
On ignore si les associations positives entre volume du cerveau et fonctions exécutives reflètent un phénomène évolutionnel à grande échelle ou, au contraire, sont une conséquence unique de l'évolution du cerveau chez les primates. 

Chez le chien, la taille du cerveau influe sur la mémoire et la maitrise de soi

Les chiens fournissent une opportunité d’étudier cette question en raison de leur étroite parenté génétique et d’une importante variabilité intraspécifique. 
En utilisant des données de science citoyenne sur plus de 7 000 chiens de 74 races et en contrôlant les relations génétiques entre les races, les auteurs d’une étude* ont identifié d’importantes relations entre le poids estimé du cerveau et les différences cognitives entre les races. 
Celles avec le plus gros cerveau ont obtenu de meilleurs résultats pour les mesures de mémoire à court terme et la maîtrise de soi. 
Toutefois, les relations entre le poids estimé du cerveau et d’autres mesures cognitives variaient considérablement, corroborant la notion de domaines spécifiques de l’évolution cognitive. 
Ces variations constatées entre les races canines pourraient constituer un modèle puissant pour étudier les modifications corrélées de la neuro-anatomie et de la cognition chez des taxons étroitement apparentés. 


* Animal Cognition, 3 janvier 2019.