fbpx La castration augmente le risque d'obésité chez le chien mais pas chez la chienne  Aller au contenu principal

Actualités

La castration augmente le risque d'obésité chez le chien mais pas chez la chienne 

La castration augmente le risque d'obésité chez le chien mais pas chez la chienne 

Mis à jour le 18/11/2019 à 12:27
Publié le 18/11/2019 à 10:30
obésité chien

 

Un des effets secondaires principaux qu’est supposée engendrée la stérilisation d’un animal de compagnie est la prise de poids, mais qu'en est-il vraiment ?

Les facteurs de risque de l'obésité chez le chiens 

Des chercheurs de l'université de Copenhague (Danemark) se sont récemment penchés sur la question en étudiant les facteurs de risque de l’obésité chez les chiens de compagnie adultes. 

Des chiens de propriétaires de plus de 2 ans sans maladie chronique ont été examinés dans huit structures vétérinaires de régions à caractéristiques socio-économiques variées.

La note d’état corporel (NEC), utilisée par les vétérinaires pour déterminer si un chien est en surpoids ou si son poids est insuffisant, a été déterminée par deux investigateurs.

Les propriétaires ont répondu à un questionnaire sur les caractéristiques des chiens, incluant le statut reproducteur, les caractéristiques du propriétaire, l’alimentation, l’exercice et leur attachement au chien. 

20,5 % de chiens en surpoids

Sur les 268 chiens examinés, 20,5 % étaient en surpoids ou obèses. 

Chez le mâle, la castration accroît le risque de surpoids ou d’obésité en diminuant leur capacité à réguler leur appétit alors que les chiennes sont à risque quel que soit leur statut reproducteur. 

Les chercheurs ont également mis en exergue les facteurs liés à l'âge. Si la note d'état corporel et le risque de surpoids ou d'obésité augmente chez les chiennes âgées, ceux-ci diminuent chez les mâles âgés. 

Enfin, le risque de surpoids ou d'obésité est d'autant plus important chez les chiens de propriétaires eux-mêmes en surpoids et obèses car ces derniers auraient tendance à distribuer des friandises sans attendre une occasion particulière. 

Une interaction complexe entre poids du propriétaire, pratiques d’alimentation et risque de surpoids/obésité a été mise en évidence, soulignant la nécessité de prendre en compte l’obésité du chien d’un point de vue global, santé humaine et santé animale (One Health). 

Cette étude ne confirme pas que l’obésité canine est liée à l’attachement du propriétaire. 

* Preventive Veterinary Medicine, 1er octobre 2019.