Aller au contenu principal

Actualités

Intoxications : réagir vite

Intoxications : réagir vite

Mis à jour le 24/01/2019 à 11:41
Publié le 11/12/2018 à 14:27
Intoxication

 

Médicaments, aliments, végétaux, produits ménagers, insectes…
La liste des produits potentiellement toxiques pour les chiens et les chats est longue. Dans tous les cas, il faut réagir vite.

 

 

Nombreux produits toxiques pour les animaux de compagnie


La liste des toxiques possibles pour les chiens et les chats est très longue. Elle va des produits ménagers aux toxiques agricoles en passant par des substances aussi diverses que des produits alimentaires, comme le chocolat (toxique pour les carnivores domestiques en raison de la théobromine qu’il contient), ou les vapeurs ménagères.

 

Au rang des substances toxiques les plus fréquemment incriminées, on trouve aussi des médicaments humains (notamment des tranquillisants), des plantes ou animaux toxiques (chenilles, crapauds), de l’antigel…

 

En termes médicamenteux, toutes les classes thérapeutiques humaines sont susceptibles d’être inadaptées à l’animal mais les substances le plus souvent incriminées sont des analgésiques (anti-inflammatoires non stéroïdiens notamment).

Dans la majeure partie des cas, l’exposition aux toxiques est accidentelle ou environnementale (plantes toxiques…).

 

Reconnaître une intoxication

 

Les symptômes des intoxications sont peu caractéristiques mais peuvent, dans certains cas, conduire à la mort de l’animal.

Ils sont plus ou moins graves en fonction de la nature du toxique ingéré et de sa quantité.

 

Le plus souvent les symptômes digestifs (vomissements notamment) sont les premiers à apparaître mais ils peuvent être suivis par des troubles cardiaques, nerveux, respiratoires…

 

Les signes cliniques peuvent être d’apparition immédiate ou retardée, ce qui complique la détermination du toxique en cause.

 

Une véritable urgence

 

Les intoxications font partie des urgences vétérinaires et imposent généralement de conduire l’animal chez le vétérinaire. Parfois, sa survie dépend de la vitesse de réaction du propriétaire.

 

Dans la majorité des cas, il n’existe pas d’antidote vis-à-vis du toxique ingéré par le chien et le traitement est éliminatoire (émétique, diurétique, lavage gastrique, fluidothérapie…) et symptomatique (pansement digestif, antibiotique…).

 

L’hospitalisation est bien souvent nécessaire.