fbpx Chien peureux, stressé ou phobique : les différences Aller au contenu principal

Actualités

Chiens peureux : pas tous les mêmes

Chiens peureux : pas tous les mêmes

Mis à jour le 09/04/2020 à 23:53
Publié le 10/10/2019 à 00:00
chien peureux

Les processus susceptibles de conduire à un chien peureux ne sont pas tous les mêmes. Le Dr vétérinaire comportementaliste Claude Béata, auteur d’ouvrages sur le sujet, les précise.

Distinguer la "peur" de la "crainte" chez les chiens

En comportement, il importe de différencier peur et crainte, deux mots du registre de l’éthologie qui s’emploient selon que le milieu où est ressentie l’émotion est ouvert ou fermé.
La peur conduira le chien vers la fuite, l’affrontement ou la sidération. 
La crainte est liée à une adaptation de l’individu. 
    

Chez le chien, la peur est gouvernée par la sérotonine

La peur est une émotion gouvernée par le neurotransmetteur sérotonine et semble exister même avant la naissance du chien. C’est une réaction primaire car elle engendre la fuite avant la réflexion.
Quatre processus, de par leur fréquence et leur intensité, - sensibilisation, anticipation, généralisation et instrumentalisation – sont susceptibles de provoquer l'affection comportementale qualifiée de « chien peureux ».

Etat phobique, stress et peur chez le chien

Le terme « stress » est souvent employé pour décrire un trouble du comportement. Il peut se définir comme toute pression interne ou externe qui déclenche une réaction chez le chien.
La psychopathologie utilise les termes d’état phobique ou d’état anxieux. La phobie est une réaction disproportionnée de peur par rapport à un ou plusieurs stimuli identifiés.
La peur peut motiver des agressions canines. C’est le type d’agression de loin le plus dangereux car il n’y a pas de menace.

Le chien qui a peur n’a pas de fuite possible et il se peut que la violence explose de manière maximale avec perte totale du contrôle de la morsure.
Ce type d’agression est toujours associé à des troubles neurovégétatifs chez le chien (vidange des glandes anales, diarrhée, vomissement, miction...).

Il est toujours bon d’observer le comportement de son animal, si il y’a des doutes : se tourner vers un professionnel éleveur ou vétérinaire comportementalistes